Tournai, la deux fois millénaire, riche de son passé

Tournai, une des plus vieilles cités de Belgique, ne peut manquer à notre programme. Nous irons à la découverte des différentes périodes qui constituent son histoire. Ses origines remontent au 1er siècle avant notre ère. Cité royale sous Childéric, elle sera la première capitale de ce qui deviendra la France sous Clovis. Son âge d’or, du XIIème au XVIème siècles, sera le temps du développement commercial, de la construction des grands édifices, dont la somptueuse cathédrale, et de l’essor des arts. Tour à tour anglaise, française, espagnole, autrichienne et hollandaise, Tournai deviendra belge en 1830. Que du bonheur pour les passionnés d’art et d’histoire !

Royale sous Childéric, la ville porte fièrement le titre de berceau de la France et arbore son impressionnante cathédrale ainsi que le plus vieux beffroi de Belgique, tous deux inscrits au patrimoine culturel de l’Unesco. Ses peintures et sculptures, des primitifs flamands aux artistes contemporains, nous émerveillent non sans oublier que ses porcelaines et tapisseries ornent encore toujours les cours d’Europe.
Malgré le vaste chantier de restauration qui limite son accès, la cathédrale aux cinq clochers nous attire. Nous découvrons l’emblème de la ville mais aussi un des témoins les plus impressionnants de l’art d’Occident médiéval. Alliant harmonieusement les styles roman et gothique, cette perle de l’architecture est un exemple remarquable d’église à cinq monumentales tours, posées à la croisée du transept. Une des plus anciennes charpentes d’Europe la couvre, elle et ses décors, ses œuvres d’art et son trésor.
Si la plus grande partie de l’édifice roman, consacré en 1171, est conservé à ce jour, la cathédrale Notre Dame a néanmoins subi les outrages, non seulement du temps, mais aussi des hommes. La phase gothique sera terminée au XIIIème siècle mais, dès le XVIème, le décor médiéval et le mobilier intérieur seront saccagés, voire détruits. Le XVIIIème siècle et l’intense bombardement allemand en 1940 feront le reste. Qu’à cela ne tienne ! Les cinq tours romanes de 83 m donnent à la construction une majesté exceptionnelle, lui conférant la forme très originale de croix potencée. Dans le sous-sol archéologique, laissons-nous étourdir par le trésor exceptionnel de la cathédrale, orfèvreries, ivoires, tapisseries, tableaux, sculptures, ornements liturgiques et un coffret de reliques mérovingiennes.
De quoi nous donner envie d’en voir davantage et de franchir le seuil du Musée archéologique niché dans le plus vieux mont-de-piété du pays. Des pièces prestigieuses issues de fouilles locales récentes lèvent un voile sur la civilisation gallo-romaine et celle mérovingienne peu connue. Ses vitrines évoquent le grand sacrifice de la cavalerie royale, nous content l’aventure du trésor perdu et exposent quelques reconstitutions d’objets à jamais disparus.
A n’en pas douter, un autre ensemble patrimonial exceptionnel vaut, à lui seul, le détour. Le Musée des Beaux Arts ! Il résulte de la volonté du mécène bruxellois Henri Van Cutsem de léguer sa collection à la ville de Tournai… à la condition d’y faire construire un musée par un de ses amis, Victor Horta. Le génial architecte conçoit alors son seul musée, exemple intéressant de la transition entre l’Art nouveau et l’Art Déco. Le panthéon de la peinture belge y est magnifiquement représenté sans oublier de faire la part belle aussi aux peintres français. De Breughel le Jeune à Rubens, de Manet à Monet, de Van Gogh à Ensor et de Braeckeleer… On admire, on s’émerveille et on sort conquis, enchantés de tant de beautés rassemblées dans cet édifice original.
Nous nous rendons enfin dans une dépendance de l’Abbaye Saint-Martin du XVIIIème siècle, où le Musée des Arts décoratifs, ouvert spécialement pour nous, abrite une des plus belles et des plus représentatives collection de porcelaines de Tournai des XVIIIème et XIXème siècles, dont des pièces du fameux service dit "aux oiseaux de Buffon" réalisé à la demande du Duc d'Orléans.
Tournai n’est pas qu’une des plus anciennes cités de Belgique, elle n’est pas que le creuset d’une histoire riche et mouvementée, la ville est aussi aujourd’hui un rendez-vous incontournable des adeptes du charme discret de celle qui fut durant des siècles la capitale religieuse de la Flandre.


Agenda :

  • Rendez-vous à Bruxelles Central à 8h50 pour le train de 9h05 qui nous amène à Tournai à 10h15
  • Promenade vers le centre en admirant au passage l’Eglise Saint Brice et les maisons romanes
  • Visite guidée de la riche et imposante Cathédrale de Tournai et de son Trésor
  • Lunch à proximité de la Grand’Place
  • Visite guidée du Musée des Beaux Arts, chef d’œuvre de Victor Horta, riche de sculptures, de dessins et de peintures portant des signatures impressionnantes, dont Minne, Ensor, Van Gogh, Rubens, Jordaens, Manet, Monet, Seurat et bien d’autres
  • Visite privée du Musée des Porcelaines. Sa collection couvre la production de la manufacture de 1750 à la fin du XIXème siècle. Une aubaine pour les amateurs de « Tournai » bleu-blanc
  • Retour vers Bruxelles à partir de 17h

  • Soyons pratiques :
    Date : le jeudi 7 septembre 2017 à 8h50
    Lieu de rendez-vous : Bruxelles Central
    Pri x: 120 € par personne
    Inclus : les entrées, visites et conférences ainsi que le déjeuner
    Non inclus : le trajet en train
    Nombre de participants : 20. La journée sera confirmée à partir de 14 inscriptions
    Clôture des inscriptions : le 30 août ou 20 inscrits
    Pour s’inscrire : envoyer le bulletin d’inscription à l’adresse qui y est indiquée ou un email à rosette.van.rossem@leclubdelhistoire.com en indiquant votre souhait de participer à cette visite. Les inscriptions ne sont enregistrées qu’à la réception du bulletin d’inscription complété par vous et du versement de l’acompte stipulé sur le bulletin.

    Je suis intéressé(e) » Questions »

    Télécharger le PDF »

    Les dates et les prix mentionnés sont ceux connus au moment de la publication et peuvent être sujets à modifications.
    Les personnes qui ont communiqué leur intérêt seront prévenues.