Du mercredi 14 au dimanche 18 mars 2018

Venise, la Sérénissime au lion ailé

D’églises en palais, de musées en jardins, au gré des canaux et des petites « calle », la belle cité nous a dévoilé ses trois visages : romantique, historique et contemporain. Nous avons découvert l’âme des Vénitiens. C’est la clé pour comprendre ce qui a pu permettre à de pauvres pêcheurs obligés, au Vème siècle, de s’installer dans les marais dans des conditions de vie extraordinairement rudes, de devenir les rois du monde du IXème au XVIIIème siècles.

La République de Venise est un Etat qui se constitue, petit à petit, dès le IXème siècle. Partie intégrante de l’Empire byzantin, elle s’en émancipe. Elle se développe par l’annexion de nombreux territoires, elle offre une assistance militaire aux Byzantins qui lui accordent des privilèges commerciaux. Idéalement située pour être le comptoir d’échange entre l’est et l’ouest, la cité devient économiquement incontournable et construit son indépendance politique. Sa puissance suscite l’envie et l’adversité des grandes nations qui l’entourent, mais ni le déclin économique du XVIème siècle, ni la victoire de Napoléon en 1797 et la cession de la cité aux Autrichiens n’empêcheront l’apogée artistique de Venise dans tous les domaines, architecture, sculpture, peinture, musique... Les nombreux palais et églises en attestent magnifiquement.
Le Grand Canal qui traverse la ville est bordé des vieilles demeures de la noblesse vénitienne, telle la Ca Rezzonico dont nous avons gravi le superbe grand escalier qui nous a menés au Musée consacré au XVIIIème siècle à Venise, période qui a également vu s’ériger l’un des temples les plus prestigieux de l’opéra italien, la Fenice. Fameuse par son harmonie et sa distinction, la salle nous a dévoilé à son tour ses stucs précieux, moulures dorées, panneaux peints, portraits et souvenirs monumentaux consacrés entre autre à Giuseppe Verdi.
Le centre historique et politique de la Sérénissime est sans conteste le quartier San Marco, où nous avons admiré, dans toute sa splendeur, la Basilique dédiée à Saint Marc, le patron de la cité, et construite dès le IXème siècle dans un style mêlant les caractéristiques gothiques, byzantines et gothiques vénitiennes. Lui faisant face, le palais ducal incarne le symbole de la République et est la demeure du Doge, élu par les familles patriciennes, et qui représente la République en exerçant les pouvoirs exécutif et judiciaire. Les salles prestigieuses succèdent aux escaliers magnifiques, les plafonds fastueux, ornés de sculptures et dorures précieuses, aux tableaux et fresques célèbres.
Venise compte 148 églises plus extraordinaires les unes que les autres. C’est dire combien est difficile le choix des visites à faire. Nous avons visité quelques édifices exemplatifs de styles très différents. La petite église San Maria del Giglio qui cache dans une de ses chapelles une émouvante toile de Rubens. La Chiesa SS Giovani e Paolo, panthéon imposant où le gothique se mêle à la Renaissance et à l’art lombard. La Chiesa San Giorgio Maggiore, célèbre pour son chœur décoré des toiles du Tintoret. San Madonna dell’Orto où le peintre repose, entouré de ses chefs-d’œuvre. Santa Maria dei Miracoli, toute empreinte de délicatesse dont la façade est recouverte de marbres polychromes. Enfin, la Scuola Grande San Rocco, qui recèle sculptures en marbre, boiseries exceptionnelles et une collection remarquable de toiles du Tintoret. Elle est surtout un témoignage de ces institutions caritatives prestigieuses qu’étaient les «Scuole» à Venise.
On ne se lasse pas de Venise, on y revient. Encore et toujours. Plus que jamais, on comprend l’acharnement des habitants à sauver leur ville des excès du tourisme, de la montée du niveau des mers et d’une politique déficiente...

Agenda :
Mercredi 14 mars : Départ de Bruxelles National par le vol SN de 10h00. Arrivée à à Venise à 11h35 et transfert en bateau-taxi vers l’hôtel Al Sole dans Santa Croce. Déjeuner et visite de Ca’ Rezzonico dans l’après-midi. Dîner de bienvenue dans un restaurant typique du Dorsoduro.
Jeudi 15 mars : Le quartier San Marco  : le Palazzo Ducale et la Basilique San Marco. Déjeuner à proximité. Visite de Santa Maria del Giglio et de la somptueuse Fenice. Soirée libre.
Vendredi 16 mars : San Giorgio Maggiore, l’île, la basilique et son campanile avec vue 360° à couper le souffle. Le quartier du Castello avec l’Arsenale. Lunch en face de l’Arsenale et du Ponte del Paradiso. Découverte de l’artisanat vénitien. Fin de journée et dîner libres. En option, représentation d’opéra dans un superbe palazzo sur le Canal Grande.
Samedi 17 mars : Le Cannareggio : Santa Madonna dell’ Orto, un jardin privé de rêve et la Casa del Tintoretto. Lunch à proximité. Santa Maria dei Miracoli et l’impressionnante Basilique SS Giovanni e Paolo (San Zanipolo). Dîner de clôture dans notre restaurant préféré de l’île de la Giudecca.
Dimanche 18 mars : Visite de la Scuola Grande di San Rocco. Dernière promenade et lunch libres. Transfert vers l’aéroport en bateau-taxi. Vol retour à Bruxelles à 14h10. Zaventem à 15h50.