Le vendredi 19 octobre 2018

Maggie, une vie pour en finir

Je suis arrivé à un âge dans ma vie où je ressens le besoin de partir de mes racines. Comme beaucoup d’entre nous, j’ai éprouvé l’envie de mettre des mots, des noms et des visages sur une histoire familiale. En épluchant les archives, j’ai découvert une femme sans laquelle je ne serais pas là pour vous parler aujourd’hui. J’ai aussi révélé un lourd secret familial qui a marqué toute ma vie.
Comme une évidence, j’ai voulu partager avec vous cette part de moi-même, la vie de ma grand-mère Maggie, une femme dont le destin tragique et romantique se confond avec celui de son siècle. Le vingtième siècle, époque de toutes les fureurs. « Maggie, une vie pour en finir » marque une étape dans mon travail et dans ma vie. Je suis heureux de vous révéler cette grand-mère que j’aurais tant voulu connaître. Découvrez mon nouveau roman, le plus personnel, le plus intime et le plus troublant. Je serai heureux de vous le présenter dans le cadre du Musée Royal de l’Armée, où se tiendra aussi une nouvelle grande exposition « Au-delà de la Grande Guerre, 1918 – 1928 ».

Les guerres sont propices à la naissance des grandes histoires d’amour. On aime avec passion et rapidité, comme si chaque jour était le dernier. Des vies basculent au milieu des morts qui se succèdent. La société change de visage et l’Europe se dirige, sans le savoir, vers un autre désastre.

À l’occasion du centième anniversaire de la victoire de 1918, le roman de Maggie raconte le destin d’une femme dont la vie a été bouleversée par la guerre. On y retrouve l’esprit de Downton Abbey et celui de la jeunesse d’Agatha Christie qui se porta volontaire dans les hôpitaux et dont Maggie sera une fidèle lectrice. À travers la vie, les choix et la mort de Maggie, c’est l’histoire de ces innombrables femmes du XXe siècle qui s’incarne. On les a un peu oubliées, mais les femmes d’aujourd’hui leur doivent beaucoup. Parti sur les traces de ma grand-mère et de mes origines familiales, je vous ai conduits d’Altrincham à Manchester, de Londres à Bruxelles, d’Anvers aux camps de concentration allemands.