Le samedi 9 février 2019

Une leçon d'histoire (et de brusseleir) au Théâtre Toone !

C’est vers 1830 qu’Antoine Genty dit «Toone», ouvrit son «poechenellekelder» dans une maison datant de 1696. Les marionnettes tirent leur origine d’une ordonnance de Philippe II d’Espagne, fils de Charles Quint qui, détesté par la population, a fait fermer les théâtres pour éviter qu’ils ne deviennent des lieux de rassemblement qui auraient accentué l’hostilité à son égard. Les Bruxellois auraient alors remplacé les comédiens par des «poechenelles» dans des théâtres clandestins.

Au début du XIXe siècle, les théâtres de marionnettes bruxelloises sont l’un des divertissements pour adultes de milieux modestes qui obtient le plus de succès. Le théâtre de marionnettes permet une grande liberté de ton. Le répertoire très varié est emprunté aux légendes populaires, aux histoires de chevalerie, aux opéras ou encore, aux pièces religieuses ou historiques découpées en feuilleton et interprétées très librement.

Le Théâtre Royal de Toone poursuit la tradition séculaire depuis 1830. Un marionnettiste Toone est intronisé par le Toone précédent. Il dirige le théâtre et le musée de la marionnette dans l'impasse Sainte-Pétronille. Un trésor bruxellois bien caché où entouré de 6 marionnettistes, Nicolas Géal-Toone, le huitième du nom, prête sa voix à toutes les marionnettes. Nous avons découvert que le Théâtre de Toone est plus qu’un spectacle, c’est aussi un atelier de confection des poupées, une bibliothèque, un musée de la marionnette et un estaminet tricentenaire où se dégustent entre autres plattekeis et cervelas accompagnés de bières traditionnelles.

A l’époque, les spectacles se donnaient en «brussels vloms», le dialecte flamand de Bruxelles. Depuis, José Géal-Toone VII a adapté les spectacles en plusieurs langues, dont le français «Beulemans» compréhensible pour tous les francophones. Vous avons savouré une représentation des «Trois mousquetaires» en français truffé d’expressions bruxelloises et prenant quelques libertés avec la vérité historique.