Du vendredi 6 au lundi 9 septembre 2019

Valencia célèbre son histoire et invente l’avenir

Des guerriers romains jusqu’à Calatrava, Valencia s’est construite, fut meurtrie et s’est relevée maintes fois, mais rien n’a jamais anéanti son potentiel économique ni la vitalité d’une population qui célèbre son histoire et son riche patrimoine architectural. Celui-ci date essentiellement de l’ère chrétienne mais ses racines maures sont nombreuses.

Dès leur arrivée sur les rives du fleuve Turia en 138 avant JC, les Romains comprennent le potentiel stratégique et économique du lieu et ils y construisent une cité appelée déjà Valentia. Ils la dotent du premier système d’irrigation de la région. L’effondrement de l’Empire Romain laisse la place aux Wisigothes qui sont chassés à leur tour par les Maures en 711.

Rapidement et de manière pacifique, les Maures font de Valencia un centre agricole et industriel important où fleurissent la fabrication de la céramique, du verre, du papier, de la soie et des cuirs. Ils développent et améliorent à la perfection les réseaux de canaux d’irrigation installés par les Romains. Pendant plus de 5 siècles les Maures tiennent Valencia avec une seule interruption de six ans au 11ème siècle, lorsque Rodrigo Diaz de Vivar, El Cid, prend la ville d’assaut, transforme les mosquées en églises et nomme un évêque. Sa veuve, Dona Ximena, est contrainte à remettre la ville aux Maures jusqu’à la victoire définitive des Chrétiens en 1238.

L’ensemble des constructions mauresques est remplacé par une architecture chrétienne et Valencia met le cap vers son âge d’or aux 15ème et 16ème siècles. Elle est un des plus importants centres marchands du pourtour méditerranéen et une perle économique et culturelle de l’Espagne. Bien qu’elle ne soit pas épargnée par les crises et guerres successives dont l’occupation Napoléonienne ne fut pas la moindre, Valencia réussit chaque fois à se redresser rapidement et développe - outre ses activités industrielles - une riche agriculture et l’exportation prospère de vin, de riz et de fruits.

Au 20ème siècle, la guerre civile espagnole meurtrit la ville, tout comme la terrible inondation par le fleuve Turia. Aujourd’hui le fleuve a été détourné et son lit est remplacé par un parc de 7 km menant à la toute récente Cité des Sciences construite par Calatrava. Valence, fidèle à sa tradition millénaire regarde son avenir avec originalité et ambition !

Alors que la rentrée des classes était chez nous le premier messager de l’automne qui pointait le bout du nez, Le Club de l’Histoire proposait une échappée sur la côte méditerranéenne de l’Espagne. Valencia, troisième ville du pays, nous attendait entre histoire et modernité, avec une profusion d’art dans ses palais et ses églises, sans oublier des produits de première qualité dans ses caves à vins et ses cuisines, dont l’historique Paëlla que nous avons dégustée au bord de la mer.