Le lundi 16 mars 2020

Maquillage, soins et beauté de l’interdit au diktat

Aujourd’hui, se maquiller fait partie du quotidien des femmes. Mais si les premières traces de maquillage apparaissent déjà en 5.000 avant notre ère, khôl, fards et ombres n’ont pas toujours été des gestes anodins. Des premières utilisations qui permettaient avant tout aux hommes et aux femmes de se protéger du soleil et des insectes, au maquillage tribal qui signait la place dans le société, il en a fallu du temps pour que le maquillage accède au statut qui est le sien aujourd’hui.

Au Moyen Age comme au début du 19e, il est mal vu, signe d’une vie dissolue et de mœurs douteuses, au 16e siècle, il sert avant tout à dissimuler les disgrâces que sont boutons et taches brunes...

C’est au début du 20e siècle seulement qu’il acquiert ses lettres de noblesse et se pose comme le symbole de la libération de la femme. Remis en cause aujourd’hui par celles qui ne veulent plus s’astreindre de ce diktat de perfection imposé aux femmes, il conquiert les hommes qui sont de plus en plus la cible de l’industrie cosmétique.

Nous avons vu comment, au fil du temps, il a aussi été synonyme de statut social et nous avons découvert pourquoi il n’est finalement pas aussi futile qu’on le pense !

Laurence Descamps