Le mardi 31 mars 2020

Jan van Eyck, les secrets d’une œuvre unique,
L’Adoration de l’Agneau Mystique

La vie intime de Jan van Eyck est peu connue. Il naît vers 1390, peut-être à Maaseik et s’installe en 1432 à Bruges, où il épouse Margareta van Eyck. Il décède en 1441, âgé d’environ 51 ans et est inhumé dans l’église Saint-Donatien de Bruges, aujourd’hui disparue.
Ce que nous savons par contre, c’est que Jan van Eyck fréquente toute sa vie durant les plus hautes sphères. Il est très apprécié et est bien payé pour son travail. Il est engagé comme peintre de la cour par le duc de Bourgogne Philippe le Bon et fait plusieurs voyages diplomatiques au service du duc, vers des destinations parfois lointaines qui sont tenues secrètes. Certains détails architecturaux dans ses œuvres en témoignent.

Et si on prenait le temps de se plonger dans une oeuvre à part ?

Son œuvre la plus connue, le retable de l’Agneau Mystique, est un véritable chef d'oeuvre qui a suscité tellement de convoitises au fil du temps que son histoire prend des allures de véritable aventure. Les érudits ont longuement cherché à l’interpréter. Ils y ont cherché en particulier l’interprétation de textes extraits de la littérature religieuse de l’époque. Mais ils y ont aussi traqué des références plus locales et contemporaines de l'artiste.

Le spectateur de l’œuvre peut s'amuser à contempler de minuscules personnages qui se promènent sur une route serpentant à travers rochers et prairies, à identifier les essences des arbres composant ce décor, à identifier le détail de leur feuillage, à examiner la minutieuse précision des édifices, des maisons, des cabanes.

Cette conférence de Patrick Weber nous a entraînés dans l'histoire
et les secrets de Jan van Eyck et de son œuvre.