Les mercredis 29 avril, 13 et 20 mai 2020

Rois et Reines de France
Premier cycle de 3 conférences

Dans le miroir des siècles, la République apparaît comme un régime jeune en France. Pendant plus d’un millénaire et demi, près de septante souverains se sont succédé à la tête d’un État qui n’a pas toujours ressemblé à la France d’aujourd’hui. Les origines de la monarchie où l’histoire se mêle à la légende remontent à la fin de l’empire romain d’Occident.

Par rapport à d’autres royautés européennes, la monarchie française s’est toujours distinguée par son extrême cohérence à ses principes fondateurs. Depuis les premiers siècles, elle porte dans ses gènes l’affirmation d’un pouvoir centralisateur (ou qui a vocation à le devenir), d’une autorité affirmée (l’absolutisme est bien antérieur à sa théorisation par Louis XIV), d’une étroite liaison avec l’église (qui génèrera aussi beaucoup d’affrontements) et... d’une misogynie certaine.

De nombreux rois ont laissé leur empreinte dans l’histoire au point qu’ils continuent à appartenir à l’inconscient collectif du pays. Toutefois, c’est le plus souvent l’image d’Épinal qui s’est imposée au détriment de la vérité historique. Clovis se venge de l’affaire du vase de Soissons. Charlemagne à la barbe fleurie invente l’école. Saint Louis rend la justice sous son chêne. Louis XI visite les prisonniers qu’il confine sadiquement dans des cages en fer. Henri III joue au bilboquet avec ses mignons. Henri IV mange de bon appétit sa poule au pot. Louis XIV parade devant sa cour à Versailles. Louis-Philippe mène une vie de bon bourgeois, entouré par sa femme et ses enfants. Ces clichés ont la vie dure et ils reposent bien évidemment sur une part de vérité. Mais il serait réducteur de limiter le rôle d’Henri IV à la recette de la poule au pot. Et il serait injuste de cantonner Louis XI aux clichés obscurs d’un Moyen-Age finissant.

Patrick Weber nous a entraînés sur les traces de ces rois et de ces reines qui ont fait la France.
Ce premier cycle sera suivi par trois autres conférences.