" >

Le mardi 12 mai 2020

Les coulisses d’un grand concours, le "Reine Elisabeth"

Depuis plusieurs décennies, notre pays s’enorgueillit d’organiser un des plus célébrés et un des plus exigeants concours de musique classique au monde. C’est la Reine Elisabeth de Belgique qui décida de le créer en 1937. Aujourd’hui c’est un véritable marathon de presque un mois, auxquels se sont confrontés quelques milliers de pianistes, violonistes, chanteurs, compositeurs et désormais de violoncellistes.

Parmi les lauréats on retrouve les plus grands interprètes de notre temps, David Oistrakh, Arturo Angelo Benedetti, Leonid Kogan, Jean-Claude Vanden Eynden, Vladimir Ashkenazy pour les plus anciens, puis Vadim Repin, Lorenzo Gatto, Jodie Devos, Ray Chen ou encore Lukas Vondracek pour les plus jeunes... En leur compagnie, pendant près d’un mois, notre pays vibre de passion, de travail, d'endurance, de pleurs, de contestations, de déceptions et de joies immenses...

Mais ce concours a sa propre histoire, celle d’une reine qui aimait passionnément la musique, et d’un violoniste belge immense, Eugène Ysaÿe, dont le concours a d’ailleurs porté le nom avant de devenir le « Reine Elisabeth » actuel. Un concours qui n’existerait pas sans ses membres du jury, son public toujours plus nombreux et une équipe en coulisses qui organise le tout de main de maître.

C’est à leur rencontre que nous sommes allés pour cette conférence organisée en prémisse du Concours 2020, dédié au piano.

Marceline Bosquillon