Activité postposée au printemps 2021

La Haye et Delft, l’âge d’or des Pays-Bas

A l’évocation de La Haye et de Delft, La jeune fille à la perle de Vermeer et les faïences de Delft figurent bien sûr comme des incontournables. Mais ces deux villes ont bien d’autres choses à nous offrir. Un riche passé historique qui fut en partie le nôtre et une extraordinaire production artistique avec en point d’orgue la peinture. De bonnes raisons pour passer un weekend inoubliable dans ces deux villes très proches de nous.

La Haye

Den Haag, diminutif de ‘s Gravenhage, est aujourd’hui la troisième ville des Pays-Bas après Amsterdam et Rotterdam. Fondée en 1248 par Guillaume II, elle devint rapidement le centre administratif des Comtes de Hollande et cette situation ne fut jamais remise en cause, ce qui fait d’elle aujourd’hui le siège du gouvernement, alors que la capitale des Pays-Bas est Amsterdam. C’est essentiellement à partir de 1850, avec la place grandissante occupée par le gouvernement dans la vie du pays, que La Haye s’est développée de manière importante.
Nous y visiterons la Mauritshuis et le Kunstmuseum. Un extraordinaire voyage dans la peinture de l’âge d’or des Pays-Bas, dont « La jeune fille à la perle » de Vermeer est un des fleurons parmi d’innnombrables toiles de grands maîtres. Et une découverte de l’art moderne, de Mondriaan à d’étonnantes interprétations contemporaines du Delfts Blauw.
Patrick Weber vous racontera l’histoire de la monarchie néerlandaise.

Delft

Dans l’histoire des Pays-Bas, Delft est surtout connue parce que Guillaume d’Orange y a résidé à partir de 1572. Il s’y installa au Prinsenhof pour jouer un rôle principal dans la révolte contre l’Espagne qui conduit à l’indépendance des Provinces Unies. C’est tout naturellement que Delft – en tant que siège du Prince d’Orange - devint la première capitale des Pays-Bas. A partir de là, et jusqu’au XVIIème siècle la ville se développa en tant que centre culturel mais aussi de commerce et d’industrie.
Nous admirerons les témoins de ce magnifique développement : la Oude Kerk, la Nieuwe Kerk, le Prinsenhof devenu musée, le Vermeer centrum. Nous nous arrêterons plus particulièrement à l’un des vestiges d’une industrie qui a contribué à la richesse et la renommée de Delft, les faÏences, en visitant la seule manufacture toujours en activité : De Porceleyne Fles.
Nous nous souviendrons de la gloire de la Compagnie néerlandaise des Indes, devenue la plus grande société commerciale du monde, mais aussi du déclin à partir de la fin du XVIIème siècle, marqué entre autres par l’explosion de la poudrière de Delft et de la faillite de la Compagnie néerlandaise des Indes.